Recharger les batteries: entre Pierres et Mer-Part 2

_brehat

Alors aujourd’hui tout particulièrement parce que mon nez et mes yeux sont en hémorragie constante et qu’on est en plein cœur des maux de l’hiver (qui avait mis le temps à arriver le bougre), revoir Bréhat, c’est ma bouffée d’oxygène (et là elle est pas de trop au sens propre comme au figuré!). Plusieurs possibilités pour visiter ce petit archipel. Nous avons opté pour une traversée directe au large de Paimpol (9€ par adulte aller-retour), 10 minutes de traversée, c’était bien suffisant pour moi qui ai le mal des transports. Zébulette a crapahuté sur le bateau comme son père partout, ça me rassure qu’elle n’ait pas hérité de mon oreille interne! Sur place, 0 voiture, à pied ou à vélo pour se déplacer et pour les touristes qui y séjournent, la navette locale, c’est un tracteur avec remorque! Bref c’est le lieu idéal pour les petits explorateurs et les amoureux du calme et de la liberté. J’aime beaucoup l’ambiance qui règne sur les îles de l’Atlantique bien qu’en été, elles soient maintenant très prisées et très pénibles pour y circuler. Cette impression d’être seul au monde et que le spectacle qui s’offre à nous nous est exclusivement réservé. C’est le cas à Bréhat. On flâne, on prend le temps, c’est très sauvage et le fait que l’accès y soit restreint n’y est pas pour rien. La fleur locale, l’agapanthe, mêlée aux traditionnels hortensias bretons finit d’harmoniser l’arc-en-ciel local. La même impression me revient lorsque nous partions une semaine au printemps en montagne, couper de tout et se retrouver avec l’essentiel, c’est là le véritable lâcher-prise. Mis à part le fait que je ne vois pas comment acheminer ce qui constitue une voiture pleine à craquer lorsqu’on part en vacances (à moins de tout parachuter), il s’agit d’un endroit où j’aimerais passer du temps à vivre au rythme des éléments (et à condition qu’il fasse beau temps!).

_erquy

Pour finir sur notre escapade bretonne, j’ai eu un coup de cœur pour le joli port d’Erquy mais je ne saurai trop vous dire pourquoi celui-ci et pas un autre, sans doute que d’autres n’y trouveront rien de spécial. J’ai aimé les couleurs, les pêcheurs du dimanche et le va-et-vient des chalutiers, observer le quotidien de ces hommes qui remplissent les camions destinés à nous nourrir en poissons et crustacés, la rudesse qui se dégage d’eux, ces agriculteurs de la mer. Erquy a aussi un très joli centre-ville et des plages, c’est un lieu très complet pour passer une journée en famille voir plus bien évidemment.

La photo de la Zébulette est l’intruse. Elle a été prise lors de notre escale trop courte sur le retour des vacances au passage du Gois à Noirmoutier. Mais elle allait si bien avec cette jolie sensation de lâcher-prise que je n’ai pas su résister. Une escale qui nous a donné envie d’y retourner pour y passer plus de temps, seul bémol, la foule de l’été qui enlève tout son charme à ces lieux…

Bref fin de la parenthèse, après cette bouffée d’air iodé qui ne m’a pas absolument pas débouché le nez, retour à la grisaille ambiante qui a effacée le bleu des vacances mais qui donne envie de préparer les suivantes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s