Le cœur au bord des lèvres

_le-coeur-au-bord-des-levres

Déjà dans mon dernier article, les remises en question étaient de mise. J’adore ce blog mais j’en ai fait quelque chose d’un peu décousu et pour un esprit cartésien comme le mien, ça devient compliqué à accepter. J’ai 1000 idées-seconde mais peu de temps pour les réaliser, du coup, je raconte un peu ma vie et m’amuse à accorder des photos entre elles. Au final, je montre beaucoup mes filles, et ça me pose question…pourtant en tant que mère objective et honnête, ce sont mes plus belles réalisations en matière de DO-IT-YOURSELF..! Bref, je viens moins par ici et pourtant ça me manque et j’aime refaire défiler les anciens articles et voir l’évolution de ma zébulette, de ma maison, de ma vie… En montrant des photos-montages que j’avais fait de la maison, Monsieur L. m’a fait remarqué à juste titre que c’était dommage de ne pas en avoir fait pour 2016. Il faudrait oui car c’est vrai qu’on apprécie ces avant-après qui mettent du baume au cœur aux travailleurs, à mon travailleur. Il faudrait…

Je ne sais pas ce qui plane au dessus de nos têtes, je sais juste que mon engouement des choses s’est perdu quelque part entre le 13 novembre 2015 et le 14 juillet 2016 et que je risque en perdre davantage au vu de cette folie qui s’est incrustée un peu partout. Je ne suis pas d’une nature optimiste, ça n’aide pas en pareille circonstance mais pas non plus de nature à me laisser abattre. Pourtant, le 15 Juillet au matin, j’ai pleuré tout ce que je pouvais dans ma voiture en allant bosser puis j’ai eu la rage au ventre qui m’en a même rendu malade et depuis j’écoute, je lis, je prends à cœur de mettre des visages et des noms sur ces anonymes qui auraient pu ne pas en être. Insidieusement, ça se rapproche, nous connaissons presque tous maintenant des gens, de manière plus ou moins directe, qui étaient à Paris ou à Nice. Avec des « si » et des « peut-être », on se projette, on s’identifie, on s’imagine être « à la place de »… et on n’a pas de réponse pour anticiper ce qui pourrait peut-être nous arriver. En attendant, je laisse ces 4 yeux azur dissoudre goutte par goutte la chape de plomb que j’ai dans le bide jusqu’au prochain connard qui décidera de foutre nos vies en l’air. Et les épargner jusqu’à temps qu’elles soient assez grandes pour comprendre qu’il va falloir qu’elles s’accrochent pour garder des libertés que pourtant nous, nous avions. Car il faudra à un moment donné leur expliquer tout ça, on ne nous laisse pas le choix mais en attendant, je les garde au chaud, au nid, dans un écrin le plus moelleux possible et loin loin de cette folie sauvage. En attendant, on se met des fleurs dans les cheveux, on en fait des couronnes pour les poupées, on sonde les ronciers à l’affût des premières mûres… la vie simple telle qu’elle est et qu’elle doit être à 3 ans et demi.

 

Publicités

2 réflexions sur “Le cœur au bord des lèvres

  1. Je pense que tous les parents ressentent cela et se demande comment les protéger et leur éviter tant de violences et de haine. Ils sont nos rayons de soleil, avec eux on s’émerveille et on profites des moments où ils sont innocents et si amusants…Et en même temps tellement chanceux … Continuons de profiter des gens qu’on aime et de chaque moment de bonheur. Continuons à respecter la liberté de chacun, à partager notre belle culture et à ne pas sombrer dans la peur. Même si Tout cela paraît cruellement difficile dans de tels instants. Gros bisous à vous quatre

    J'aime

  2. Après l’effarement de Charlie, la tristesse et l’union de Paris, la colère de Nice!! Combien de temps encore pourra t’on les maintenir dans la bulle de l’innocence,de l’enfance…?
    Raison de plus pour VIVRE, pour créer des petits bonheurs tous les jours! Gros bisous les loulous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s